Le magnésium est un minéral essentiel. C’est le quatrième minéral le plus présent dans le corps [1] et le deuxième cation intracellulaire le plus présent [1]. Il intervient dans plus de 300 réactions enzymatiques, en tant que cofacteur, nécessaires au fonctionnement cellulaire normal [2]. Il n’a pas de valeur énergétique.

 1. Le magnésium dans l’organisme [1]

La teneur totale en magnésium dans le corps est d’environ 25 g. Le magnésium est présent dans le milieu intracellulaire et extracellulaire.

On retrouve :

  • 50 à 60 % du magnésium de l’organisme au niveau des os, dont la moitié de ce magnésium sert de réservoir et peut être extrait pour maintenir des concentrations normales de magnésium extracellulaire. L’autre est étroitement lié à la matrice osseuse.
  • 30 à 40 % du magnésium de l’organisme au niveau intracellulaire, principalement dans les cellules musculaires.
  • Le magnésium extracellulaire ne représente qu’environ 1 % du magnésium corporel total.  

2. Les rôles du magnésium

Le magnésium possède de très nombreux rôles. Je vais vous en citer quelques-uns, afin que vous puissiez vous rendre compte de son importance :

  • Le magnésium est impliqué indirectement dans tous les processus enzymatiques, car l’adénosine triphosphate (ATP) doit être complexée au magnésium pour être disponible sur le plan métabolique [1]
  • Le magnésium est nécessaire à l’utilisation des glucides, des lipides et des protéines [1]
  • Le magnésium est nécessaire lors de la réplication cellulaire, pour maintenir un apport suffisant en nucléotides puriques et pyrimidiques nécessaires à la production d’ADN et d’ARN [1]
  • Presque toutes les réactions hormonales dépendent du magnésium [1]
  • Le magnésium est étroitement impliqué dans le maintien de l’équilibre électrolytique cellulaire par son association avec le sodium, le potassium et le calcium. De plus, des quantités adéquates de magnésium sont nécessaires pour maintenir des niveaux normaux de potassium [1]
  • Le magnésium participe à la biosynthèse de catécholamines et d’autres neurotransmetteurs [1]
  • Le magnésium est nécessaire afin de maintenir les tensions à travers les membranes cellulaires (maintien de la stabilité des membranes) et pour transférer les impulsions électriques dans les neurones et les cellules musculaires (transport ionique, régulation des flux calciques…) [1]
  • Le magnésium régule la contraction des muscles squelettiques, du cœur et des muscles lisses [1]. En effet, les muscles se contractent lorsque le calcium pénètre dans les cellules musculaires et se détendent lorsque le magnésium remplace le calcium [3]
  • Le magnésium aide à éliminer les toxines du corps telles que l’ammoniac
  • Les réactions métaboliques impliquant la thiamine (vitamine B1) et la biotine dépendent du magnésium [3]
  • Le magnésium est nécessaire à la signalisation et à la migration cellulaire [4]
  • Le magnésium est nécessaire à la synthèse protéique [4]

3. La régulation du magnésium dans l’organisme [1]

La concentration en magnésium dans le sérum est maintenue dans une fourchette étroite grâce à l’intestin grêle et aux reins. Lorsque l’apport alimentaire est élevé, l’excrétion de magnésium par les reins augmente. À l’inverse, lorsque l’absorption diminue, l’intestin grêle et les reins augmentent tous deux l’absorption fractionnée de magnésium. Si l’épuisement des réserves de magnésium se poursuit, les réserves osseuses aident à maintenir la concentration sérique de magnésium en échangeant une partie de leur contenu avec le liquide extracellulaire. La capacité des voies digestives et des reins à réguler l’homéostasie du magnésium est affectée par la santé des deux organes. En effet, si l’intestin est inflammé la capacité d’absorption du magnésium est diminuée.

4. Les recommandations officielles en magnésium

4.1 Les recommandations françaises [4]

Selon l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) en 2015, il n’existe pas de marqueur biologique validé du statut en magnésium qui puisse être utilisé pour estimer le besoin nutritionnel, on va donc parler d’apport satisfaisant.

Selon l’ANSES, se basant sur un rapport de l’agence française de sécurité sanitaire des aliments de 2001, il faut consommer au minimum 5 mg par kilo de poids de corps et par jour soit environ :

  • 420 mg par jour de magnésium pour les hommes
  • 360 mg par jour de magnésium pour les femmes

4.2 Les recommandation européenne [4]

Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) en 2014, se reposant sur différentes études, notamment une méta-analyse, déclare qu’il est impossible de fixer un besoin nutritionnel moyen et propose aussi le terme d’apport satisfaisant basé sur les apports moyens observés dans plusieurs pays européens.

Selon l’Efsa, il faut consommer au minimum :

  • 350 mg par jour de magnésium pour les hommes
  • 300 mg par jour de magnésium pour les femmes

N.B : L’Efsa fixe la limite supérieure de sécurité à 250 mg/j proposée en 2006 qui s’applique au magnésium dissociable (sulfate, chlorure, lactate…) et à l’oxyde de magnésium consommé sous forme de compléments alimentaires ou ajouté aux boissons et aliments, sur la base d’études montrant l’absence d’effet secondaire gastro-intestinal (diarrhée) à ce niveau d’apport supplémentaire.

4.3 Les recommandations mondiales [4]

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande une consommation de magnésium de 0,10 mg/kcal/j soit 220 mg pour les femmes et 260 mg pour les hommes.

Tableau récapitulatif des recommandations des différents organismes :

Ces apports recommandés vont être amenés à changer avec l’âge et selon certaines situations, comme pendant la grossesse et l’allaitement, où les besoins sont respectivement 400 et 360 mg par jour [1].

5. Les recommandations alternatives

Toutefois, certains experts estiment que les apport journaliers recommandés sous-estime les besoins quotidiens et qu’une fourchette de 500 à 750 mg a été suggérée comme plus réaliste [1].

LaNutrition.fr [5] recommande 6 mg de magnésium par kilo de poids de corps et par jour, soit environ :

  • 450 à 500 mg de magnésium pour un homme
  • 350 à 400 mg de magnésium pour une femme

C’est cette recommandation que je conseille de suivre.

6. Magnésium et carence

6.1 Les français sont carencés en magnésium [6]

L’étude SUpplementation en VItamines et Minéraux AntioXydants (SU.VI.MAX) a montré que l’apport alimentaire moyen global était estimé à 369 ± 106 mg / jour chez les hommes et à 280 ± 84 mg / jour chez les femmes. Cette étude a montré que 77 % des femmes et 72 % des hommes avaient un apport alimentaire en magnésium inférieur aux apports nutritionnels recommandés ; et que 23 % des femmes et 18 % des hommes ont consommé moins des 2/3 des apports recommandés.

Officiellement, on pense qu’un français sur trois est concerné par un déficit en magnésium, mais nous allons voir que les mesures du taux de magnésium pose problème et qu’il y a peut être plus de personnes touchés par ce déficit.

N.B : Aux Etats-Unis, c’est 48 % de la population qui serait en déficit de magnésium [1].

6.2 Comment savoir s’il on manque de magnésium ? [7]

Il a été montré  qu’un déficit en magnésium subclinique pouvait existé malgré un statut « normal » en magnésium ; c’est-à-dire lorsque la concentration sérique est comprise entre 0,75 et 0,95 mmol/L. Cet intervalle de référence déterminé par le test Serum Total Magnesium Concentration (STMC), a été établi il y a plus de 40 ans à partir des niveaux de magnésium sérique dans un échantillon représentatif de la population plutôt et non sur des résultats cliniques.

Par ailleurs, le STMC pour évaluer le statut en magnésium, ne représente qu’environ 0.3 % ce qui montre que ce test n’est peut-être pas l’idéal pour mesurer les status en magnésium.

Mais il existe une autre méthode non-invasive qui consiste à analyser l’excrétion urinaire de magnésium. Étant donné que l’excrétion rénale de magnésium diminue en réponse à une carence alimentaire, cela peut constituer un paramètre important lors de l’évaluation du statut en magnésium.

Il semblerait donc que l’addition de ces deux mesures soit un bon reflet du statu en magnésium d’un individu.

Après analyse des études existantes, les chercheurs considèrent qu’une personne qui a un niveau sérique en magnésium inférieur à 0,82 mmol/L avec une excrétion urinaire en magnésium de 40-80 mg/jour présente un déficit en magnésium.

Les facteurs qui augmentent les risques de déficit de magnésium [1,8,9,10]

  • L’alimentation : les régimes déséquilibrés et régimes amaigrissants itératifs, les aliments raffinés et transformés, la diminution de la qualité de l’alimentation
  • Le stress aigu ou chronique : en cas de stress, on consomme d’avantage de magnésium. Et si le stress devient chronique, il peut être nécessaire d’augmenter ses apports en magnésium, voire à se supplémenter. Certaines situations comme une opération chirurgicale, un accouchement, sont à l’origine d’un stress et d’une plus grande libération d’adrénaline qui peut épuiser les réserves en magnésium.
  • Le sport intensif, notamment si les températures sont élevées ce qui induit une surutilisation du magnésium.
  • L’âge : le manque de magnésium est plus fréquent chez les personnes âgées. Notamment à cause d’une alimentation inappropriée, une absorption du magnésium moins efficace et une plus grande perte dans les selles et l’urine. Les femmes sont également plus touchées que les hommes.
  • La prise de médicaments : diurétiques, neuroleptiques, pilule contraceptive
  • Les pathologies rénales
  • Les pathologies digestives entraînant une malabsorption
  • Les diarrhées et vomissements
  • La polyurie associée à un diabète mal contrôlé provoque l’épuisement des réserves de magnésium, tout comme la consommation excessive d’alcool
  • L’alcoolisme
  • Les facteurs génétiques (HLA B35) : les niveaux de magnésium intra et extracellulaires sont associés au complexe majeur d’histocompatibilité (HLA). Les individus possédant les gènes HLA B35 ont un taux plus élevé de magnésium dans les globules rouges et le plasma, et les individus positifs avec HLA-B38 ont des taux inférieurs à ceux des non-porteurs de l’un ou l’autre gène, ont été identifiés. Il existe aussi l’hypomagnésémie primaire idiopathique, une maladie génétique rare, qui se caractérise par une capacité réduite à absorber le magnésium dans le tractus intestinal. Le gène TRPM6, qui code un canal épithélial conducteur du magnésium exprimé dans l’intestin et dans le rein, est associé à une destruction du magnésium dans l’intestin.

Pour plus d’informations [1,10] :

6.3 Les risques de carences en magnésium

Les carences en magnésium sont donc très répandues. Nous allons maintenant voir, pourquoi il faut corriger ces carences.

Les risques liées à une carence en magnésium sont [1,3,7,10,11] :

  • La survenue de crampes, de tremblements et de spasmes musculaires (fasciculations)
  • Une diminution des réflexes tendineux
  • La fatigue
  • L’Anxiété
  • L’altération de l’humeur comme l’Agressivité et l’irritabilité
  • La sensibilité à la lumière
  • La tétanie
  • Les accidents vasculaires cérébraux
  • La faiblesse musculaire
  • Des hyper réflexes
  • Des hyperalgésies
  • Des vertiges
  • Un taux de vitamine D bas
  • Un taux de calcium élevé
  • La dépression
  • L’insomnie
  • La spasmophilie
  • La fatigue intellectuelle (préparation aux examens…)
  • L’altération de l’humeur, la schizophrénie, l’hyperactivité et les troubles de l’attention (TDAH)
  • Le syndrome prémenstruel, dysménorrhée, ménopause
  • La constipation
  • La colopathie spasmodique, et la colite liée au stress
  • Les lithiases rénales
  • Les maux de dents et aux gencives
  • L’hypertension
  • Des vasospasmes coronaire et cérébral
  • L’ostéoporose
  • L’augmentation du risque de maladie cardio-vasculaire (arythmies cardiaques, tachycardie, maladie coronarienne insuffisance cardiaque…)
  • Le diabète
  • La migraine et les céphalées de tension
  • Les changements de personnalité
  • L’anorexie
  • Des calcifications des tissus mous
  • La cataracte
  • Des convulsions
  • La réponse immunitaire déprimée
  • Une perte d’audition
  • Les nausées et les vomissements
  • Le manque de magnésium même s’il n’est pas la cause directe des maladies chroniques, augmente l’inflammation chronique qui elle joue un rôle important dans le développement des maladies chroniques
  • La fibromyalgie
  • L’asthme
  • L’éclampsie

La carence en magnésium peut aller jusqu’à la tétanie, à des convulsions et au coma.

N.B : Le déficit en magnésium permet en cas de déficit, de remonter le taux de testostérone et d’augmenter la force.

Cette liste n’est pas exhaustive et a pour but de vous montrer qu’une carence en magnésium peut se traduire à tous les niveaux du corps humain.

Pour plus d’informations [10] :

7. L’apport alimentaire en magnésium [12]

Vous avez maintenant compris l’importance d’un apport convenable en magnésium. Une base de 6 mg par kilo de poids de corps et par jour et indispensable et vous devez l’adapter à votre mode de vie, en augmentant ces apports en fonction de votre mode de vie.

Pour atteindre ses besoins en magnésium, il faut consommer des aliments riches en magnésium, parmi lesquels :

  • Le cacao (500 mg pour 100 g)
  • Les sardines (467 mg pour 100 g)
  • Les oléagineux (notamment les noix du Brésil : 367 mg pour 100 g)
  • Les graines (notamment avec les graines de lin : 372 mg pour 100 g)
  • Les coquillages et les crustacés (notamment les bigorneaux : 300 mg pour 100 g)
  • Les pseudo-céréales (notamment avec le sarrasin : 231 mg pour 100 g)
  • Les céréales complètes (notamment avec l’avoine : 177 mg pour 100 g)
  • Les eaux minérales (notamment avec Rozanna : 160 mg pour 100 g)
  • Les légumineuses (notamment avec les haricots rouges : 140 mg pour 100 g)
  • Les fruits séchés (notamment avec la banane séchée : 108 mg pour 100 g)
  • Les fruits (notamment avec le cassis : 105 mg pour 100 g)
  • Les légumes verts (notamment avec les épinards : 53 mg pour 100 g)

Pour votre santé, vous devez donc intégrer le plus possible ces aliments dans votre alimentation quotidienne.

Les facteurs alimentaires modifiant l’absorption [1] :

  • Les légumineuses, les céréales complètes, les graines et les oléagineux contiennent de l’acide phytique qui diminue l’absorption du magnésium
  • Le blanchiment des céréales et pseudo-céréale diminue la teneur en magnésium d’environ 80 %
  • L’acide phosphorique dans les boissons gazeuses inhibe l’absorption en se liant au magnésium dans l’intestin
  • Les fibres fermentables des fruits et ses légumes, tels que les fructo-oligosaccharides (FOS), peuvent améliorer l’absorption du magnésium, sans affecter de manière uniforme l’absorption des autres minéraux
  • Les régimes contenant moins de 30 g de protéines par jour ou plus de 90 g de protéines par jour semblent réduire l’absorption intestinale de magnésium
  • Le magnésium forme des savons insolubles avec des acides gras dans l’intestin, qui inhibe l’absorption des graisses alimentaires et diminue la disponibilité de magnésium
  • Il semblerait qu’une exposition accrue aux métaux lourds, tels que le plomb et le cadmium, réduit l’accumulation de magnésium dans le sang et les organes et augmente l’excrétion urinaire de magnésium

8. La supplémentation en magnésium

Il existe de très nombreuses formes de magnésium pour se supplémenter, on va passer les plus connus en revue afin de savoir lequel choisir.

Avant de commencer, il faut connaître la notion de « biodisponibilité », qui correspond à la proportion de magnésium disponible pour exercer un effet. Elle dépend de la quantité de magnésium qui atteint la circulation générale et la vitesse à laquelle elle l’atteint [13].

N.B : Si vous avez des problèmes rénaux, consultez un médecin avant de commencer une supplémentation.

8.1 Les familles de magnésium [1,14,15,16,17,18,19]

Dans un complément alimentaire, le magnésium est présent sous forme de sel, qui associe du magnésium élément à un minéral (l’oxyde par exemple), à un composé organique (comme le citrate, le pidolate, le malate…), ou un magnésium chélaté (amino-complexé, comme le bisglycinate). En fonction de la forme, la teneur en magnésium élément ainsi que la biodisponibilité varient.

N.B : Si vous avez des problèmes rénaux, vous devez faire attention si vous voulez commencer une supplémentation en magnésium.

Les sels inorganiques insolubles :

Le principal représentant des sels inorganiques insolubles est l’oxyde magnésium qui contient la plus haute teneur en magnésium élément soit 60.3 %, mais une biodisponibilité faible. Par ailleurs, une consommation trop importante de ce type de magnésium peut provoquer des diarrhées.

Les sels inorganiques solubles :

Le principal représentant des sels inorganiques solubles est le chlorure de magnésium qui contient 12 % de magnésium élément et une biodisponibilité élevée. Par ailleurs, ce sel est acidifiant pour l’organisme.

N.B : Il existe le magnésium marin qui est un mélange de sels inorganiques, avec des teneurs variables en oxyde, hydroxyde, chlorure et sulfate de magnésium, donc des teneurs plutôt bonnes en magnésium élément, mais une biodisponibilité modeste à faible, et les inconvénients des sels inorganiques.

Les sels organiques solubles :

Le principal représentant des sels organiques solubles est le citrate de magnésium qui contient 16.2 % de magnésium élément et une biodisponibilité très élevée. Par ailleurs, cette forme est alcalinisante pour l’organisme. Le citrate de magnésium présente une biodisponibilité très élevée, car il est associé à de l’acide citrique, un acide organique de faible poids moléculaire, favorise l’absorption du magnésium en augmentant sa solubilité. De plus, il est bien toléré (risque laxatif à dose élevée chez certain). Cependant, il semblerait être rapidement éliminé par les reins.

On compte aussi le malate de magnésium qui contient 11.7 % de magnésium élément et qui possède une biodisponibilité très élevée. Par ailleurs, cette forme est alcalinisante pour l’organisme.

On compte aussi le taurate de magnésium qui contient 8.9 % de magnésium élément et qui à une biodisponibilité très élevée.

Cette famille est aussi représentée par le pidolate de magnésium qui contient 8.7 % de magnésium élément et une biodisponibilité élevée.

Cette famille est aussi représentée par le gluconate de magnésium qui contient 5.4 % de magnésium élément et une biodisponibilité élevée.

Les complexes organiques :

Le principal représentant des complexes organiques est le bisglycinate de magnésium qui contient 16 % de magnésium élément et une biodisponibilité très élevée. Dans cette formulation, le magnésium est lié à de la glycine. Cette forme semble offrir des effets thérapeutique plus constant que les autres formes.

Les études sont contradictoires sur la biodisponibilité des magnésium, je vous laisse donc les références afin que vous puissiez vous aussi faire des recherches.

8.2 Quelles marques de complément en magnésium consommées ?

A partir de la partie précédente, on sait quelles formes de magnésium sont les plus intéressantes. Mais je vais vous lister ici, les marques que vous pouvez consommer sans problème.

  • NuMagnésium de la marque Nutriting : C’est un magnésium de 3ème génération. Il apporte 300 mg par jour de magnésium sous forme de bisglycinate de magnésium, en association avec de la vitamine B6 activée (Pyridoxal 5 phosphate) et de la taurine pour une action synergique.

Disponible sur ce site : https://www.nutriting.com/

  • Le magnésium de la marque Nutripure : C’est un magnésium de 3ème génération. Il apporte 240 mg par jour de magnésium sous forme de bisglycinate de magnésium, en association avec de la vitamine B6 et de la taurine pour une action synergique.

Disponible sur ce site : https://www.nutripure.fr

  • Stress Mag + de la marque LaNutrition : Il apporte entre 150 et 300 mg de magnésium par jour, sous forme de citrate de magnésium. Il est accompagné de vitamine B1, B2, B3, B6, B8 ainsi que de taurine, de L-théanine et d’extrait de Rhodiola rosea pour une action synergique.

Disponible que ce site : https://www.nutrivi.fr/

  • Omnimag du laboratoire UNAE : C’est un magnésium de 4ème génération. Il apporte 283 mg de magnésium par jour, sous forme de malate et taurate de magnésium. Il est accompagné de vitamine B6, pour améliorer la synergie entre les 2 formes présentes de magnésium, dont l’une est plus utilisée par le cerveau (taurate) et l’autre par les muscles (malate).

Disponible sur ce site :  https://www.unae.fr/

8.3 Les associations de compléments alimentaires

Magnésium + vitamine B6 + Taurine [20] :

La taurine, permet l’activation des vitamines du groupe B qui interviennent comme cofacteurs dans les réactions enzymatiques qui utilisent le magnésium. De plus, taurine permet une meilleure absorption du magnésium et une meilleure recapture lors d’un stress par exemple, qui engendre une perte de magnésium. De plus, la taurine est un acide aminé impliqué dans la gestion du stress et le contrôle de l’anxiété.

La vitamine B6, notamment sa forme coenzymée métaboliquement active la Pyridoxal 5 phosphate (P-5-P) est un régulateur du système nerveux central par la synthèse des neurotransmetteurs. Elle intervient dans la synthèse de la taurine et de neurotransmetteurs comme la sérotonine et l’acide γ-aminobutyriqueque (GABA).

Le magnésium régule aussi l’action de la glycoprotéine P, l’une des protéines de transport responsables de la bonne perméabilité de la barrière hémato-encéphalique pour de nombreuses substances.

On comprend bien la synergie entre ces trois éléments et leur action notamment sur le système nerveux.

Magnésium + vitamine D [21,22] :

Le magnésium est un cofacteur essentiel à la synthèse et à l’activation de la vitamine D. Un statut optimal en magnésium peut être important pour optimiser le statu en vitamine D. Par ailleurs, la vitamine D peut augmenter l’absorption intestinale du magnésium et établir une boucle de réaction pour maintenir son homéostasie. La dysrégulation dans l’un ou l’autre de ces nutriments peut être associée à divers troubles, notamment des difformités du squelette, des troubles cardiovasculaires et un syndrome métabolique.

Pour que la consommation ou la supplémentation en magnésium soit optimale, il faut donc veillez à son apport en apport en vitamine D.

Article sur la vitamine D : https://mickaelclement.com/micronutrition/la-vitamine-d-la-vitamine-du-soleil/

Article sur la supplémentation en vitamine D : https://mickaelclement.com/nutrition/la-supplementation-en-vitamine-d/

Magnésium + Calcium [1,3,23] :

Le calcium en revanche, entre en compétition avec l’absorption du magnésium. Un apport excessif en calcium, provenant d’aliments ou de suppléments, peut donc entraîner une carence en magnésium.

Les régimes modernes modifient considérablement l’équilibre du calcium en magnésium, avec des implications potentielles pour la santé musculo-squelettique, cardiaque et vasculaire et peuvent même augmenter les risques de calculs rénaux, d’infarctus du myocarde, de cancer, de maladie de Parkinson. Par ailleurs, une augmentation de 0.2 mmol/L du taux de magnésium circulant diminue le risque cardio-vasculaire de 30 %, le risque d’AVC de 17 % et le risque d’AVC fatal de 39 %.

Le rapport calcium / magnésium plus élevé observé dans le régime occidental favoriserait une élévation du calcium libre intracellulaire et une carence en magnésium libre intracellulaire. Ce rapport doit être de 2 / 1 à 1 /1.

N.B : Veillez à ne pas prendre vos suppléments de magnésium en même temps qu’un produit laitier, qui possède un ratio calcium / magnésium de 12 / 1.

Il faut donc éviter le prise de complément de magnésium en association avec du calcium.

Si vous pratiquez un sport d’endurance, il faut savoir que pendant l’exercice, les concentrations de magnésium dans le sérum et l’urine diminuent, bien que l’état du calcium ne semble pas être affecté.

Si vous présenté une pathologie ou que vous êtes suivi par un médecin, vous devez le consulter avant toute supplémentation.

La supplémentation est une aide, mais il est important d’avoir une alimentation saine.

9. Les risques d’un excès de magnésium [1,3]

Aucun effet indésirable n’a été signalé concernant les apports de magnésium dans les aliments.

Le magnésium n’est toxique que pour les personnes ayant une fonction rénale anormale. Toutefois, les suppléments oraux peuvent entraîner une hypermagnésémie, commençant par des nausées, des diarrhées, des vomissements et une chute de la pression artérielle. Plus tard, une fréquence cardiaque lente et d’autres irrégularités cardiaques et une dépression du système nerveux central se développent. À terme, le coma, une détresse respiratoire, un arrêt cardiaque et la mort peuvent survenir.

Un excès de magnésium et une carence en magnésium peuvent être confondus, car ils peuvent provoquer des modifications de l’état mental, des nausées et une faiblesse musculaire. Les symptômes cliniques d’un excès de magnésium peuvent être distingués de ceux d’une carence en magnésium par la diarrhée et la pression artérielle anormalement basse

N.B : En cas d’hypermagnésémie on peut aussi avoir : une léthargie, une perte des réflexes tendineux profonds, une difficulté à respirer, une hypotension, une bradycardie et un arrêt cardiaque.

La plupart des effets indésirables rapportés d’origine non-alimentaire ont été l’administration intraveineuse à des doses supraphysiologiques plutôt que la supplémentation orale physiologique.

BIBLIOGRAPHIE

[1] Kohlstadt I. Scientific Evidence for Musculoskeletal, Bariatric, and Sports Nutrition. Taylor and Francis ; 2006.

[2] Dietary Reference Intakes, Calcium, Phosphorus, Magnesium, Vitamin D, and Fluoride, National Academy of Science, Institute of Medicine, Washington, DC, 1997. The National Academies Collection: Reports funded by National Institutes of Health.

[3] Tova Navarra, BA, RN. The encyclopedia of vitamins, minerals and supplements. 2ème édition. New York : Facts On File, 2004.

[4] Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail (ANSES). AVIS et RAPPORTS de l’Anses relatifs à l’Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires . Décembre 2016.

[5] Souccar T, Houlbert A. La meilleure façon de manger. Nouvelle édition. Vergèze : Thierry Souccar éditions ; 2015.

[6] Hercberg S, Preziosi P, Briançon S, Galan P, Triol I, Malvy D, Roussel AM, Favier A. A primary prevention trial using nutritional doses of antioxidant vitamins and minerals in cardiovascular diseases and cancers in a general population: the SU.VI.MAX study–design, methods, and participant characteristics. SUpplementation en VItamines et Minéraux AntioXydants. Control Clin Trials. 1998 Aug;19(4):336-51.

[7] Costello RB, Elin RJ, Rosanoff A, Wallace TC, Guerrero-Romero F, Hruby A, Lutsey PL, Nielsen FH, Rodriguez-Moran M, Song Y, Van Horn LV. Perspective: The Case for an Evidence-Based Reference Interval for Serum Magnesium: The Time Has Come. Adv Nutr. 2016 Nov 15;7(6):977-993.

[8] Lanutrition.fr.Le déficit en magnésium a été sous-estimé. www.lanutrition.fr [En ligne]. Décembre 2016 [Consulté le 1 janvier 2019]. Consultable à l’URL : https://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-correcteurs-de-l-alimentation/le-magnesium/le-deficit-en-magnesium-a-ete-sous-estime

[9] Dossier Scientifique rédigé par l’Académie Médicale Montaigne. Le Magnésium. août 2013.

[10] DiNicolantonio JJ, O’Keefe JH, Wilson W. Subclinical magnesium deficiency: a principal driver of cardiovascular disease and a public health crisis. Open Heart. 2018 Jan 13;5(1):e000668.

[11] Venesson J. Nutrition de la force. Vergèze : Thierry Souccar Editions ; 2011.

[12] Lanutrition.fr. Le déficit en magnésium a été sous-estimé. www.lanutrition.fr [En ligne]. Mai 2017 [Consulté le 1 janvier 2019]. Consultable à l’URL : https://www.lanutrition.fr/les-meilleures-sources-de-magnesium

[13] Claverie I, Hedde H. Pharmacologie générale / Toxicologie. Mécanismes fondamentaux. 2ème édition. Prophyre, 2008.

[14] Lanutrition.fr. Quel magnésium choisir. www.lanutrition.fr [En ligne]. Juillet 2015 [Consulté le 1 janvier 2019]. Consultable à l’URL : https://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-correcteurs-de-l-alimentation/le-magnesium/quel-magnesium-choisir

[15] Lanutrition.fr.Quel est le magnésium le plus biodisponible ?. www.lanutrition.fr [En ligne]. Juin 2018 [Consulté le 1 janvier 2019]. Consultable à l’URL : https://www.lanutrition.fr/quel-est-le-magnesium-le-plus-biodisponible

[16] Uysal N, Kizildag S, Yuce Z, Guvendi G, Kandis S, Koc B, Karakilic A, Camsari UM, Ates M. Timeline (Bioavailability) of Magnesium Compounds in Hours: Which Magnesium Compound Works Best?. Biol Trace Elem Res. 2019 Jan;187(1):128-136.

[17] Coudray C, Rambeau M, Feillet-Coudray C, Gueux E, Tressol JC, Mazur A, Rayssiguier Y. Study of magnesium bioavailability from ten organic and inorganic Mg salts in Mg-depleted rats using a stable isotope approach. Magnes Res. 2005 Dec;18(4):215-23.

[18] Walker AF, Marakis G, Christie S, Byng M. Mg citrate found more bioavailable than other Mg preparations in a randomised, double-blind study. Magnes Res. 2003 Sep;16(3):183-91.

[19] Dr. rer. nat. Stefan Siebrecht. Magnesium Bisglycinate as safe form for mineral supplementation in human nutrition. OM & Ernährung 2013. Nr. 144.

[20] Wendołowicz A, Stefańska E, Ostrowska L. Influence of selected dietary components on the functioning of the human nervous system. Rocz Panstw Zakl Hig. 2018;69(1):15-21.

[21] Uwitonze AM, Razzaque MS. Role of Magnesium in Vitamin D Activation and Function. J Am Osteopath Assoc. 2018 Mar 1;118(3):181-189.

[22] Dai Q, Zhu X, Manson JE, Song Y, Li X, Franke AA, Costello RB, Rosanoff A, Nian H, Fan L, Murff H, Ness RM, Seidner DL, Yu C, Shrubsole MJ. Magnesium status and supplementation influence vitamin D status and metabolism: results from a randomized trial. Am J Clin Nutr. 2018 Dec 1;108(6):1249-1258.

[23] Venesson J. Paléo Nutrition. Vergèze : Thierry Souccar Editions ; 2014.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.