L’extenseur de l’index appartient au plan profond de la loge postérieure de l’avant-bras. C’est le muscle le plus médial et le plus inférieur du plan profond de l’avant-bras. Il apparaît entre le 2ème et 3ème tendon de l’extenseur des doigts.

Anatomie

Origine : Il s’insère par des fibres charnues sur la partie inférieure, du versant postero-latéral de la face postérieure de l’ulna. Il s’insère aussi sur la partie postérieure de la membrane interosseuse.

Trajet et forme : Il se dirige vers le bas et le dehors, en longeant le bord inféra-médial du long extenseur du pouce. Lui fait suite un tendon qui passe dans le sillon médial de la face postérieure de l’extrémité inférieure du radius (sillon commun à celui de l’extenseur des doigts) et sous le rétinaculum des extenseurs. Il descend à la face postérieure de la main en longeant le bord médial du tendon que l’extenseur des doigts envoie à l’index. Il est charnu en haut et tendineux en bas. C’est un muscle grêle et allongé.

Terminaison : Il s’insère sur le bord médial du tendon que l’extenseur des doigts envoie à l’index, au niveau de la tête du métacarpien (près de l’articulation métacarpo-phalangienne). Par son intermédiaire, il s’insère sur la face postérieure de la base de P1, P2 et P3.

A savoir : Il peut échanger des expansions tendineuses avec d’autres tendons extenseurs.

Innervation :

L’extenseur de l’index est innervé par le nerf radial (C7, C8).

Biomécanique

L’extenseur de l’index est [1] :

  • Extenseur puissant de P1 sur le métacarpien, peu importe la position du poignet
  • Extenseur de P2 sur P1 et de P3 sur P2, lorsque les fléchisseurs sont détendus. C’est à dire, si le poignet est fléchi ou si l’articulation métacarpo-phalangienne est fléchie
  • Adducteur de l’index, surtout si P2 et P3 sont fléchis (inactivation des interosseux correspondants par flexion de P2 et P3 et extension de P1)
  • Participe à l’extension du poignet

BIBLIOGRAPHIE

[1] Dufour M. Anatomie de l’appareil locomoteur. Membre supérieur. 3ème édition. Issy-les-Moulineaux; 2016.

Les références anatomiques utilisées pour écrire cet article sont : Anatomie de l’appareil locomoteur de Dufour et l’Évaluation clinique de la fonction musculaire de Lacôte.

Les illustrations sont issues du livre Anatomie de l’appareil locomoteur de Dufour.

 

1 commentaire

  1. A noter que l’extension du pouce et de l’index ne sont pas douloureuses lors de leur testing en cas d’épiccondylite médiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils